Méthode

Quelles sont les réflexions et les étapes de calcul à la base de l’index du tournant énergétique? D’où viennent les données et comment les évaluations ont-elles été élaborées sur la base des degrés de réalisation? L’Alliance-Environnement explique sa méthode de travail pour le calcul de l’index du tournant énergétique 2016.

Structure de l’index

Pour mesurer le progrès du tournant énergétique en Suisse, l’Alliance-Environnement a tout d’abord identifié sept thèmes pertinents pour la réorientation de la politique énergétique. Ces thèmes proprement dits ne contiennent pas encore de valeurs permettant de mesurer la situation en matière de tournant énergétique. Pour y parvenir, des indicateurs sont nécessaires, au nombre de un à quatre par thème. Dans l’ensemble, l’index du tournant énergétique se compose désormais de 20 indicateurs répartis en sept secteurs (voir graphique). S’il apparaît que des développements importants ne sont pas encore suffisamment illustrés par l’index du tournant énergétique, ce dernier peut être complété par des indicateurs supplémentaires.

Structure de l’index du tournant énergétique 2016

Relevé des données

Pour les 20 indicateurs, la situation de l’année 2015 (ou des valeurs annuelles disponibles les plus actuelles) a été relevée. Pour la plupart des indicateurs, cette mission a été confiée à la société d’ingénieurs conseils indépendante Ernst Basler + Partner. La qualité et l’indépendance des données de l’index sont ainsi garanties. Dans la mesure du possible, les données proviennent de sources publiques comme les statistiques et les publications des offices fédéraux de l’énergie, de l’environnement et de la statistique. Lorsque cela s’avérait nécessaire, les données brutes ont été rectifiées au moyen de facteurs de correction, d’après des méthodes scientifiques. Par exemple pour corriger le besoin de chauffage des influences de la météo. Ernst Basler + Partner met chaque année à la disposition de l’Alliance-Environnement la plupart des données nécessaires au calcul de l’index du tournant énergétique.

Evaluation des données – les degrés de réalisation des objectifs

Les données brutes fournies par Ernst Basler + Partner doivent ensuite être interprétées. Pour savoir si le tournant énergétique suit la voie prévue, il est nécessaire de les comparer avec des valeurs de référence. L’Alliance-Environnement a donc défini deux valeurs de comparaison (ou «benchmarks») pour chacun des 20 indicateurs: une valeur permettant pleinement de réaliser l’objectif (100% de réalisation), une autre pour laquelle l’indicateur est très éloigné de la valeur cible (0% de réalisation).  
  • La valeur pour 0% de réalisation correspond pour la plupart des indicateurs au scénario «poursuite de la politique actuelle» adopté par le Conseil fédéral dans les perspectives énergétiques. La valeur n’est pas meilleure que ce que le Conseil fédéral a adopté pour l’année 2015 à titre de «poursuite de la politique actuelle». Avec elle, nous aurions atteint notre objectif à 0% en 2015 et serions donc bien éloignés de l’objectif du tournant énergétique.

  • La valeur de réalisation à 100% représente l’objectif du tournant énergétique, généralement un scénario visé par les organisations de défense de l'environnement. Pour certains indicateurs, il s’agit aussi du scénario «Nouvelle politique énergétique» des perspectives énergétiques du Conseil fédéral. Cette valeur signale que si nous poursuivons comme en 2015, nous réaliserons un tournant énergétique complet et couronné de succès à l’avenir. Il s’agit de la valeur de référence par rapport à laquelle est mesurée la valeur effective.

  • Pour certains indicateurs, les valeurs de référence ne sont pas déduites des objectifs visés ni des scénarios d’avenir, mais reproduisent des valeurs de comparaison du présent ou du passé. C’est le cas des indicateurs pour lesquels il s’agit de conserver un état donné ou de ne pas dépasser un certain cadre. Les pannes de courant en minutes par année sont un exemple: ici, les références sont constituées des meilleures ou des pires valeurs actuelles en Europe. 

Le degré de réalisation des objectifs se situe alors entre 0 et 100% pour l’année considérée. Si la valeur de mesure de l’année 2015 s’établit sur ou en-dessous de la ligne de 0% de réalisation des objectifs, le résultat est de 0%. Si elle se trouve sur ou même au-dessus de la valeur de référence, le résultat est de 100%.

Calcul de la réalisation de l’objectif à l’exemple de l’indicateur «Part de l’électricité renouvelable» avec les valeurs du tournant énergétique 2015

Le graphique ci-dessus montre le calcul de degré de réalisation de l’objectif dans l’index du tournant énergétique pour l’indicateur «Part de l’électricité renouvelable» en 2015. Ernst Basler + Partner a déterminé la valeur de 60,5% pour l’année précédente: il s’agit de la quantité d’électricité produite en Suisse en 2014 avec des énergies renouvelables, résultat corrigé des écarts annuels de la force hydraulique dus aux conditions météorologiques. Le scénario du Conseil fédéral «poursuite de la politique actuelle» (variante C) part du principe qu’à partir de l’année 2010, la part de l’électricité renouvelable augmentera à 64,4% d’ici 2035 (si la Suisse continue de faire comme aujourd’hui et qu’elle ne pratique pas une politique de tournant énergétique supplémentaire). Calculé rétroactivement pour l’année 2014, cela correspondrait à une part de courant vert de 57,8%. Il s’agit de la valeur de référence 0% mentionnée plus haut, avec laquelle l’objectif du tournant énergétique pour cet indicateur serait atteint à 0% en 2014. Un scénario d’avenir élaboré par les organisations de défense de l’environnement, tiré de l’étude «Energy Revolution» de Greenpeace, est utilisé pour obtenir la valeur de comparaison 100%. D’après ce scénario, la part de l’électricité renouvelable va augmenter à 100% d’ici 2035. Pour parvenir à réaliser l’objectif dans ce domaine, la part de courant vert devrait déjà être de 62,9% en 2014. L’objectif du tournant énergétique pour cet indicateur serait ainsi atteint à 100% en 2014.
la valeur mesurée se situait en 2014 assez exactement entre les deux valeurs de comparaison. Le degré de réalisation de l’objectif est ainsi de 53% pour 2014. Cela signifie qu’en 2014, la Suisse était éloignée de l’objectif visé en matière de développement des énergies renouvelables, mais qu’elle faisait nettement mieux que si elle ne pratiquait pas de politique de tournant énergétique («poursuite de la politique actuelle ). Cette évaluation peut varier d’une année à l’autre. Si de meilleures conditions cadres sont rapidement créées et que le nombre d’installations solaires et éoliennes augmente nettement, nous nous rapprocherons davantage de l’objectif.